Catégories
Uncategorized

Autour du terme sou 蒐 dans le Zuozhuan

Le Zuozhuan, à la vingt-septième du seigneur Xi (633 av. J.-C.), présente deux phrases comportant le mot sou 蒐, qui ont été traduites de manière très différentes en raison de la polysémie de ce terme. En effet, sou a trois sens qui nous intéresseront ici :

– celui du nom d’une chasse qui avait lieu spécifiquement au printemps (d’après un autre passage du Zuozhuan),

– de passer les troupes en revue, et/ou les exercer ;

– rassembler.

Dans le passage du Zuozhuan qui nous concerne, cette année-là, le pays de Chu attaque celui de Song, lequel demande à son allié, le Jin, de l’aider. C’est le point de départ de la grande bataille de Chengpu qui aura lieu l’année suivante.

À Jin règne le seigneur Wen 晉文公(r. 636-626), Chong’er 重耳 de son nom personnel, quatrième des cinq grands hégémons de la période des Printemps et automne.

Le Zuozhuan rapporte qu’en hiver, Chu assiégea Song,

(le seigneur de Jin) alla alors à Pilu passer les troupes en revue. Il divisa l’armée en trois corps et délibéra à propos du choix du commandant en chef.

於是乎蒐于被廬, 作三軍, 謀元帥.

Je traduis « passer les troupes en revue » le terme sou 蒐, comme le fait la traduction anglaise par Durrant et al. « they mustured troops » et la traduction en chinois moderne par Yang Bojun « yuebing » 閱兵. Couvreur traduit quant à lui par « diriger la chasse qui avait lieu ordinairement au printemps ».

La deuxième occurrence du terme dans cette section est une sorte de commentaire à cet événement dans lequel l’auteur montre à quel point le seigneur Wen de Jin a su être patient avec son peuple, mettant en pratique les conseils de son ministre pour instruire ses sujets.

Voici le passage en question :

Dès qu’il fut rentré dans son pays, le marquis de Jin commença à instruire son peuple. La deuxième année, il souhaita l’employer (à faire la guerre). Zifan (Hu Yan) lui dit :

– Le peuple ne connaît pas encore ses devoirs et n’est pas encore paisible.

Alors le marquis s’employa au dehors à affermir la position du roi Xiang et dans son pays, à procurer des avantages au peuple, qui vécut alors en paix. Il s’apprêtait à l’utiliser (pour faire la guerre) et Zifan lui dit :

– Le peuple ne sait pas encore ce qu’est la fidélité à la parole donnée ; on ne lui a pas encore montré comment cela fonctionne.

Alors le marquis attaqua Yuan afin de montrer à quel point il était fidèle à sa parole[1]. Le peuple, dans ses transactions commerciales, ne chercha alors plus à faire des profits insolents et chacun respecta sa parole. Le seigneur demanda alors :

– Est-ce que cela est possible maintenant ?

Zifan répondit :

– Le peuple ne connaît pas encore les rites ; nous n’avons pas encore fait naître chez lui le respect.

Alors le marquis passa en revue ses troupes afin de montrer comment les rites sont mis en pratique. Il institua un responsables des charges officielles afin d’organiser la fonction publique. Une fois le peuple rendu obéissant et exempt de doutes, il l’employa (à la guerre). Il chassa les troupes de Chu qui étaient à Gu, libéra Song du siège qui lui avait été imposé. En une bataille, il assit son autorité (sur les autres seigneurs) : c’est là le résultat de ses enseignements civils[2].

          晉侯始入而教其民, 二年, 欲用之. 子犯曰 :

– 民未知義, 未安其居.

於是乎出定襄王, 入務利民, 民懷生矣. 將用之, 子犯曰 :

– 民未知信, 未宣其用.

於是乎伐原以示之信. 民易資者, 不求豐焉, 明徵其辭. 公曰 :

– 可矣乎 ?

子犯曰 :

– 民未知禮, 未生其共.

於是乎大蒐以示之禮. 作執秩以正其官, 民聽不惑, 而後用之. 出穀戍, 釋宋圍, 一戰而霸, 文之教也.

J’ai à nouveau traduit ici le terme sou par passer les troupes en revue, puisque je pense que ce passage se rapporte à l’événement déjà évoqué plus haut.

Les traductions des trois ouvrages précédemment cités sont les suivantes :

– Yang Bojun, dans sa traduction du Zuozhuan en chinois moderne, reprend l’idée d’examen des troupes (舉行盛大閱兵) (p. 114).

– Couvreur (tome I, p. 385) comprend « alors le prince convoqua le peuple en grandes réunions pour lui enseigner l’urbanité ».

– Durrant et al. (p. 405) abandonnent l’idée d’examen des troupes et mettent en avant celle de la grande chasse de printemps : « he organized the great spring hunt ».

On voit ici à quel point les traductions de cette simple phrase peuvent diverger et signifier des choses complètement différentes : quel rapport y a-t-il en effet entre une partie de chasse, une inspection militaire et le fait de rassembler des hommes.

Un passage du Zuozhuan semble fournir l’explication : il s’agit d’une phrase mise dans la bouche d’un ministre qui prend la parole la 5e année du seigneur Yin (718 av. J.-C.) afin de faire la leçon au seigneur de Lu venu rendre une visite à une pêcherie. N’ayant pas encore traduit proprement cette partie là du Zuozhuan, je reprend ici la traduction de Couvreur, légèrement modifiée :

Un prince ne s’occupe pas des choses qui ne peuvent ni montrer la signification des affaires importantes (sacrifices, exercices militaires), ni fournir une matière pour la confection des ustensiles ou des instruments utiles. Il doit former ses sujets en leur expliquant les règles à suivre et en leur montrant des emblèmes. (…) Ainsi, la chasse sou au printemps, la chasse miao en été, la chasse xian en automne, la chasse shou en hiver ont lieu lorsque cessent les travaux des champs et servent à délibérer sur les affaires militaires. Tous les trois ans ont lieu les grands exercices militaires ; et avant de rentrer, on reforme les cohortes. Au retour, on offre à boire aux soldats arrivés, et l’on compte le matériel de guerre, ainsi que le gibier. On étale aux regards les insignes et les étendards. Dans ces exercices, on met en relief les différences de condition ; on distingue les degrés et les rangs ; on suit les différences d’âge ; on s’habitue à déployer de la majesté et de la dignité.

凡物不足以講大事, 其材不足以備器用, 則君不舉焉. 君將納民於軌物者也. 故講事以度軌量謂之軌, (…) 故春蒐、夏苗、秋獮、冬狩,皆於農隙以講事也. 三年而治兵, 入而振旅, 歸而飲至, 以數軍實. 昭文章, 明貴賤, 辨等列, 順少長, 習威儀也.

On constate que les chasses saisonnières se déroulent dans un contexte tout militaire : le terme jiangshi 講事, que je traduis par « délibérer sur les affaires militaires » (Couvreur avait traduit, à tort il me semble, par « expliquer les choses ») est en effet défini par le Hanyu dacidian : 謀議軍政大事, délibérer sur des grandes affaires de l’administration militaire.

Yang Bojun, dans son édition commentée du Zuozhuan (Chunqiu zuozhuan zhu, p. 42), propose pour ce passage un commentaire pertinent :

Sou, miao, xian et shou sont des noms de chasses. Elle sont également l’occasion d’exercices militaires et diffèrent selon les saisons.

蒐、苗、獮、狩皆田獵名, 亦以之習武, 因四時而異.

Et d’ailleurs, dans son dictionnaire (Chunqiu zuozhuan cidian, p. 816), Yang Bojun distingue deux sens fondamentaux pour sou, dans lesquels la chasse et l’inspection des troupes sont présentées ensemble :

1. 田獵,檢閱軍隊 chasser, inspecter les troupes

2. 聚也 rassembler

sou, comme les trois autres chasses saisonnières, semble être une sorte de chasse « rituelle » lors de laquelle ont lieu également des exercices militaires et une inspection des troupes.

Pourquoi est-il dit que le seigneur de Jin fit cette chasse en hiver ? Couvreur a bien senti le problème, puisqu’il explique « chasse qui avait lieu ordinairement au printemps »[3]. Le texte du Zuozhuan tel qu’il est ne permet pas de répondre à la question. La datation est peut-être erronée ; ou alors le scribe a utilisé le mauvais terme (il aurait dû écrire 狩…).

Quoi qu’il en soit, traduire par « chasse » me semble induire le lecteur en erreur, qui risque de visualiser une sorte de chasse à courre avec chevaux et chiens… (en tout cas, c’est l’image que j’ai en tête…). Dans tous les cas, une note ou un renvoi à une entrée dans un glossaire s’impose.


[1] Cela se déroula deux années avant, la 25e année du seigneur Xi. Le marquis de Jin tint sa parole et leva un siège au bout de trois jours, comme il l’avait promis. La ville se soumit d’elle-même.

[2] 文之教 : enseignements civils, par opposition aux enseignements militaires. Couvreur (tome 1, p. 385) comprends « Ce fut là le résultat des enseignements pacifiques du Prince ». Yang Bojun (p. 114 de la traduction et Chunqiu zuozhuan zhu, p. 447 de), que suit la traduction de Durrant et al., considère que le terme Wen fait référence au titre posthume du marquis, Jin Wen gong 晉文公, Seigneur Wen de Jin.

[3] Voici l’entrée sou de son dictionnaire (p. 789) : « Garance // Réunir, rassembler des hommes pour la chasse ou pour la guerre ; chasse générale qui avait lieu en printemps 春蒐夏苗 chasser au printemps sou, chasser en été miao ».



Citer ce billet
Damien Chaussende (2023, 23 février). Autour du terme sou 蒐 dans le Zuozhuan. Historiographie de la Chine ancienne et médiévale. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mr8q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search