Catégories
Uncategorized

03 Ponctuer et interpréter

En traduisant une anecdote située dans le Zuozhuan en l’an 22 du Seigneur Xi (僖公), je trouve ce passage, une réprimande faite au seigneur de Song : 天之棄商久矣,君將興之,弗可赦也已。 Un peu dérouté par l’enchaînement logique (qui est le sujet de 赦, pardonner ?), je vérifie chez Couvreur qui traduit : « Depuis longtemps déjà le ciel a rejeté la famille des Shang. Prince, vous voulez la relever (en élevant la famille princière de Song qui en est issue). Vous n’y parviendrez pas. Pardonnez (faites la paix avec le prince de Chu), et que ce soit fini. » Cela me paraît un peu compliqué.

Je vérifie chez Durrant et al., qui traduisent les 2e et 3e phrases  par : “If you, my Lord, try to revive it, Heaven simply will not be able to forgive it. », les versions en chinois moderne disent en général la même chose. Cela résout mon problème : entre la 2e et 3e phrase, il y a un changement de sujet : 君 (vous seigneur) est le sujet de 將興之, mais pas de弗可赦也已. C’est le ciel qui est le sujet de cette dernière proposition….

Tout s’éclaire en vérifiant le texte chinois de Couvreur (ce que je ne fais quasiment jamais, honte à moi…), qui avait ponctué le passage différemment, d’où son interprétation : 君將興之,弗可。赦也已。

En allant chercher plus loin, dans le commentaire de Du Yu 杜預 (qu’on retrouve dans le Shisanjing zhushu 十三經註疏, mais aussi dans l’édition du Zuozhuan par Yang Bojun), on peut lire ceci : 言君興天所棄, 必不可, 不如赦楚, 勿與戰, soit littéralement « Il dit par là : que le seigneur relève ce que le Ciel a abandonné, cela n’est assurément pas permis, cela ne vaut pas pardonner à Chu et ne pas lui faire la guerre. » Ainsi, Couvreur a repris en partie l’interprétation de Du Yu. Cela dit, la version moderne du Zuozhuan commenté par Du Yu que j’utilise (publiée en 2016 à la Shanghai guji) ponctue comme je l’ai fait, et pas comme Couvreur. Je vérifie également dans une version plus ancienne du Shisanjing zhushu, celle qui reproduit un texte imprimé du XIXe siècle (Zhonghua shuju, 2003, 1ère éd. 1980). Il n’y a qu’un signe de ponctuation dans cette édition (le point), et le bloc 弗可赦也已 n’est pas coupé comme chez Couvreur. Finalement, si l’on souhaite suivre l’interprétation traditionnelle de Du Yu, la ponctuation de Couvreur semble la plus précise.

Une version en chinois moderne (celle de Guizhou renmin chubanshe) résout le problème à bras le corps, de cette façon : 你打算振興它, 是不可能的, 還是不和楚國作戰為好, soit « Vous souhaitez les faire prospérer, ce n’est pas possible, ce serait mieux de ne pas faire la guerre avec le pays de Chu »… L’idée de pardon a été totalement remplacée par celle de ne pas faire la guerre (qui est une conséquence, non ce que le texte dit). Mais le texte en chinois classique est ponctué comme Couvreur, en séparant 弗可 et 赦也已

Mais au fait, quelle interprétation je vais reprendre moi, dans ma traduction ?… Est-ce le Ciel qui ne pardonne pas ou le seigneur qui est invité à pardonner pour éviter la guerre… Réponse dans un prochain billet.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.