Catégories
Uncategorized

04 Guerre noble et guerre efficace

Une anecdote du Zuozhuan apparaissant à l’année 638 av. J.-C. (22e année du seigneur Xi) met en scène un seigneur et son conseiller. Ils se préparent à livrer bataille. L’armée ennemie est en train de traverser une rivière. Le conseiller propose de l’attaquer en profitant de cette opportunité. Le seigneur refuse et refuse à nouveau quand on lui conseille d’attaquer alors que les soldats adverses ne se sont pas encore mis en ordre de bataille. Il expliquera :

L’homme de bien ne blesse pas un homme déjà blessé et ne capture pas les vieillards. Lorsque les Anciens faisaient la guerre, ils ne profitaient pas du terrain pour remporter la victoire. Je suis certes le descendant d’un pays conquis, mais je n’attaque pas ceux qui n’ont pas encore formé leurs rangs.  君子不重傷,不禽二毛。古之為軍也,不以阻隘也。寡人雖亡國之餘,不鼓不成列。

Le seigneur veut mener une guerre noble, pleine de beaux principes et de délicatesse pour l’adversaire. Hélas, il se heurtera à la dure réalité : non seulement ses armées seront défaites, mais lui-même sera blessé. Il a eu une chance de remporter la bataille mais ne l’a pas saisie.

Il aura droit à une belle leçon de son conseiller :

Vous ne comprenez pas encore l’art de la guerre. Quand un ennemi puissant passe dans un défilé étroit et qu’il ne se met pas en ordre de bataille, c’est le Ciel qui nous aide. Pourquoi donc ne pas profiter du terrain et attaquer ? (…) Si l’ennemi est blessé mais pas encore mort, pourquoi ne pas le blesser à nouveau ? Si vous avez pitié de lui au point de ne pas vouloir le blesser deux fois, alors mieux vaut ne pas l’attaquer du tout. Si vous avez de la pitié pour leurs vieillards, alors autant se rendre. Les armées exploitent leurs avantages. (…) 君未知戰。勍敵之人,隘而不列,天贊我也。阻而鼓之,不亦可乎?(…) 傷未及死,如何勿重?若愛重傷,則如勿傷。愛其二毛,則如服焉。三軍以利用也,

Le Zuozhuan nous montre le glissement d’une époque à une autre : le passage d’un temps où l’on se faisait la guerre avec tact et selon des règles admises (même s’il s’agit sans doute d’un passé largement idéalisé), à une époque où la ruse l’emporte et où seule la victoire compte :

À la guerre, tout est affaire de rapidité. On profite de ce que l’autre n’est pas prêt ; on surgit à l’improviste ; on attaque ce qui n’est pas défendu. 兵之情主速,乘人之不及,由不虞之道,攻其所不戒也 (Art de la guerre de Sunzi, chap. XI, traduction Jean Levi)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.