Catégories
Uncategorized

Ignorance du métatexte ou mauvaise foi ?

Je suis en train d’écrire un article sur un chapitre du Traité de l’historien parfait (Shitong 史通) de Liu Zhiji 劉知幾 consacré aux autobiographies.

Après avoir présenté l’origine du genre, Liu Zhiji passe à un sujet qui l’intéresse particulièrement : la période qui doit être traitée dans une autobiographie. Les bornes temporelles d’un ouvrage, ou d’un texte historique, sont un sujet dont il parle ailleurs dans son traité, en particulier dans un chapitre intitulé duanxian 斷限 (Établir des limites), le 12e des chapitres intérieurs du Traité

De manière générale, Liu Zhiji n’apprécie pas qu’un auteur « dépasse les bornes », qu’il s’agisse de limites temporelles (en remontant trop loin ou en allant trop en aval dans le temps par rapport à la période dont il écrit l’histoire) ou géographiques (en traitant trop longuement d’autres États). Ce qui est surprenant est qu’il considère que ce type de limites s’applique à l’autobiographie de l’auteur. En effet, le plus souvent ce type d’autobiographies, du moins pour les périodes anciennes, se présente sous la forme de préface ou de postfaces à des œuvres.

L’argumentation de Liu Zhiji est la suivante : Sima Qian a composé une histoire, les Mémoires historiques, qui commence aux origines et va jusqu’à sa propre époque, aussi est-il légitime pour lui de remonter aux origines de sa généalogie dans sa postface autobiographique. Ban Gu, en revanche, a fauté : dans sa postface, il est remonté jusqu’au VIIe siècle avant notre ère et cite par ailleurs l’un de ses propres textes datant du Ie siècle de notre ère, la « Réponse à la moquerie d’un invité » (Dabin xi 答賓戲), pour se consoler de n’avoir pas reçu de promotion sous le règne de l’empereur Zhang 章 (r. 75-88). Il a ainsi largement dépassé le cadre des Han de l’Ouest (206 av. J.-C.-9 ap. J.-C.), objet de son livre (l’Histoire des Han, Hanshu 漢書), et se retrouve donc sous le feu de Liu Zhiji. Ce dernier regrette par ailleurs que nombre d’auteurs après Ban Gu aient suivi ce modèle.

La critique de Liu Zhiji semble tout de même curieuse : en effet, à moins d’écrire une histoire qui couvrirait sa propre époque, aucun auteur ne pourrait insérer dans son œuvre de postface autobiographique légitime, puisqu’elle dépasserait nécessairement le cadre temporel de celle-ci !

Une postface autobiographique est d’une certaine manière dans une autre temporalité que l’histoire narrée dans l’œuvre. Or pour Liu Zhiji, la postface appartient à la même temporalité. Liu Zhiji ignore en quelque sorte l’idée d’un « métatexte » d’une œuvre, c’est-à-dire un texte (en l’occurrence la postface autobiographique) qui est annexé à l’œuvre, sans toutefois appartenir à celle-ci. Idée à creuser.

Je crois également qu’on a affaire là à l’un des nombreux endroits où Liu Zhiji fait preuve d’une cruelle mauvaise foi, aveuglé par des principes parfois rigides, comme celui sur les bornes temporelles !

Dans un prochain billet, j’examinerai si Liu Zhiji s’applique à lui même les nombreux principes qu’il formule, car lui aussi a rédigé son autobiographie…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.