Catégories
Uncategorized

Histoire et mocheté

Je prépare un article sur les genres de l’historiographie chinoise et je m’intéresse donc aux idées de Liu Zhiji en la matière. Il consacre un chapitre entier aux « écrits divers » (zashu 雜述), c’est-à-dire aux genres historiques mineurs. Il se livre à un vrai travail de démolition, avec le style qui le caractérise tant : certains genres « n’ont pas vocation à se transmettre de génération en génération » d’autres « ne sont en rien bénéfiques à nos mœurs et vont même à l’encontre des principes moraux » ou « ne sont que billevesées destinées à provoquer l’étonnement chez le sot et le vulgaire ». Dans d’autres encore, « on ne distingue pas le vrai du faux et on y entremêle le bien et le mal ». Les « Recueils de biographies » ne sont que des redites peu novatrices ; les « Registres métropolitains » sont eux trop détaillés.

Si ces écrits divers et les genres auxquels ils ressortissent sont si mauvais, pourquoi Liu leur accorde-t-il autant de place ? Il aurait pu simplement les passer sous silence, et se concentrer sur les ouvrages de premier plan. Mais tel n’est pas son objectif : son Traité de l’historien parfait étant un guide des bonnes pratiques historiographiques, les mauvais exemples ont tout leur intérêt puisqu’ils permettent, ex negativo, de conduire le lecteur par les bons chemins. Leur autre intérêt est documentaire : ces ouvrages ne sauraient être ignorés puisqu’ils sont, malgré leurs défauts, des sources absolument indispensables. Liu s’en explique clairement dans la conclusion du chapitre :

Pourtant, les souverains éclairés savent choisir parmi les propos des ramasseurs d’herbe ou de bois, de même que le poète a dit qu’on ne rejette pas le navet et le radis parce que l’extrémité est un peu gâtée. C’est pourquoi les savants doivent avoir de vastes connaissances sur les faits du passé et doivent bien connaître leur matière historique. S’ils ne consultent pas les bibliographies, qu’ils ne cherchent pas les livres aux contenus différents, qu’ils se limitent aux paroles du duc de Zhou et de Confucius et aux chroniques de Sima Qian et de Ban Gu, comment peuvent-ils faire ?

Si j’osais, pour filer la métaphore de Liu, je dirais que les « écrits divers » sont un peu les fruits et légumes moches de l’histoire !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.