Catégories
Uncategorized

02 Je traduis le Zuozhuan

À la faveur du confinement, j’ai décidé de me concentrer sur un projet que je comptais réaliser sur le long terme : une traduction du Commentaire de Zuo (Zuozhuan 左傳), l’un des grand classiques confucéens chinois, modèle absolu en matière d’écriture de l’histoire.

Pour me faire la main et évaluer les différents problèmes auxquels que je risque d’être confronté, j’ai choisi de commencer par des extraits bien connus, que les jeunes Chinois étudient au lycée par exemple. Un bon commencement est de traduire les extraits choisis dans diverses anthologies, comme l’Anthologie définitive de la prose à l’ancienne (Guwen guanzhi 古文觀止) qui contient pas moins de 34 textes tirés du Zuozhuan.

Pour ce tour de chauffe, je travaille bien sûr sur le texte de référence de Yang Bojun 楊伯峻 (Chunqiu Zuozhuan zhu 春秋左傳注, Zhonghua shuju, 2011, 1ère ed 1981), mais aussi en regardant diverses éditions commentées et/ou traduites, en langues occidentales comme en chinois moderne :

– la traduction classique de Séraphin Couvreur, Chronique de la Principautés de Loù

– la récente traduction anglaise de Durrant, Li et Schaberg, Zuo Tradition

– une traduction du Zuozhuan en chinois moderne, dans la collection 中華經典名著-全本全注全譯叢書 de la Zhonghua shuju.

– une traduction du Guwen guanzhi en chinois moderne, même collection.

– un ouvrage chinois grand public intitulé Les Dix grandes batailles du Commentaire de Zuo, traduites et commentées (Zuozhuan shi da zhanzheng zhuyi 左傳十大戰爭注譯).

J’ai bien d’autres livres sur le Zuozhuan, mais pour commencer, c’est plus que suffisant !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.