Catégories
Uncategorized

Le vieillard et sa tombe

En traduisant un passage du Zuozhuan à l’année 628 (32e année du seigneur Xi), on trouve cette phrase apparemment sans prétention, mais elliptique, qui est la réponse d’un seigneur à un conseiller :

爾何知?中壽,爾墓之木拱矣!

La première phrase ne pose pas de problème : “Que sais-tu ?”, dans le sens de « tu ne sais rien ».

Je passe sur 中壽, littéralement « longévité-moyenne », en gros « vieillard, vieil homme ».

La phrase suivante est plus difficile prise sans commentaire. Analysons le vocabulaire :

矣 : particule exclamative exprimant une chose terminée, un fait accompli

爾墓 : ta tombe

拱 : tenir des deux mains

木 : arbre

Je crois qu’on pourrait synthétiser comme suit : l’arbre de ta tombe (爾墓之木), on le tient des deux mains (拱). Il s’agit de l’image d’un arbre si gros qu’on l’embrasse avec les deux bras. Yang Bojun explique en note : 爾木上之樹木已成抱矣, c’est-à-dire, l’arbre qui pousse sur ta tombe, on peut l’embrasser. Pour Yang, le sens est le suivant : 言其老而不死,昏悖而不可用, soit « vieux et encore vivant, stupide et inutile ». Cependant, il considère que 中壽 est ici non une apostrophe, mais possède un sens verbal, « si vous parvenez à une longévité moyenne » (使爾中壽).

Ainsi, dans sa traduction (Baihua Zuozhuan 白話左傳, Zhonghua shuju, 2016, réalisée avec Xu Ti 徐提), il traduit : 如果你六七十歲死了,你墳上的樹木已經合抱了. On apprend au passage que 合抱 est lexicalisé (le Grand Ricci traduit : 1. (Grand arbre qui ne peut être) embrassé que par deux bras ou par les bras de plusieurs personnes réunies. 2. Embrasser; entourer.) et utilisé ici dans un sens verbal « devenir un gros arbre ».

La traduction anglaise de Durrant et al. adopte cette interprétation : « If you have enjoyed an average lifespan, the trees on your tomb would be so big around that they would fill one’s embrace!”, tout comme les quelques versions en chinois moderne que je consulte régulièrement.

Couvreur découpe la phrase différemment (爾何知, 中壽. 爾墓之木拱矣.)  : « Que savez-vous, vieillard de cent ans ? Pour empoigner les arbres plantés auprès de votre tombe, il devrait déjà falloir réunir les deux mains (vous devriez être mort depuis longtemps). »

Je crois que Couvreur est dans le vrai : il faut comprendre 中壽 comme une apostrophe, ce que Durrant et al. laissent entendre dans une note de leur traduction : « It is tempting to translate : « What do you know, you old bastard ! »

Par contre, je crois que l’image de l’arbre qu’on empoigne à deux bras pourrait être rendue par gros arbre, ou bien arbre au large tronc. Couvreur a bien senti que cette phrase signifie que le seigneur dit à Jianshu qu’il est vieux et devrait déjà être mort depuis longtemps (le temps que des arbres poussent près de sa tombe et qu’ils atteignent une certaine circonférence).

Aussi, je proposerais de traduire : « Que savez-vous, vieil homme ? De gros arbres devraient déjà se dresser aux abords de votre tombe. » et de mettre en note : « C’est-à-dire : vous devriez déjà être mort depuis longtemps ! »

Catégories
Uncategorized

04 Guerre noble et guerre efficace

Une anecdote du Zuozhuan apparaissant à l’année 638 av. J.-C. (22e année du seigneur Xi) met en scène un seigneur et son conseiller. Ils se préparent à livrer bataille. L’armée ennemie est en train de traverser une rivière. Le conseiller propose de l’attaquer en profitant de cette opportunité. Le seigneur refuse et refuse à nouveau quand on lui conseille d’attaquer alors que les soldats adverses ne se sont pas encore mis en ordre de bataille. Il expliquera :

L’homme de bien ne blesse pas un homme déjà blessé et ne capture pas les vieillards. Lorsque les Anciens faisaient la guerre, ils ne profitaient pas du terrain pour remporter la victoire. Je suis certes le descendant d’un pays conquis, mais je n’attaque pas ceux qui n’ont pas encore formé leurs rangs.  君子不重傷,不禽二毛。古之為軍也,不以阻隘也。寡人雖亡國之餘,不鼓不成列。

Le seigneur veut mener une guerre noble, pleine de beaux principes et de délicatesse pour l’adversaire. Hélas, il se heurtera à la dure réalité : non seulement ses armées seront défaites, mais lui-même sera blessé. Il a eu une chance de remporter la bataille mais ne l’a pas saisie.

Il aura droit à une belle leçon de son conseiller :

Vous ne comprenez pas encore l’art de la guerre. Quand un ennemi puissant passe dans un défilé étroit et qu’il ne se met pas en ordre de bataille, c’est le Ciel qui nous aide. Pourquoi donc ne pas profiter du terrain et attaquer ? (…) Si l’ennemi est blessé mais pas encore mort, pourquoi ne pas le blesser à nouveau ? Si vous avez pitié de lui au point de ne pas vouloir le blesser deux fois, alors mieux vaut ne pas l’attaquer du tout. Si vous avez de la pitié pour leurs vieillards, alors autant se rendre. Les armées exploitent leurs avantages. (…) 君未知戰。勍敵之人,隘而不列,天贊我也。阻而鼓之,不亦可乎?(…) 傷未及死,如何勿重?若愛重傷,則如勿傷。愛其二毛,則如服焉。三軍以利用也,

Le Zuozhuan nous montre le glissement d’une époque à une autre : le passage d’un temps où l’on se faisait la guerre avec tact et selon des règles admises (même s’il s’agit sans doute d’un passé largement idéalisé), à une époque où la ruse l’emporte et où seule la victoire compte :

À la guerre, tout est affaire de rapidité. On profite de ce que l’autre n’est pas prêt ; on surgit à l’improviste ; on attaque ce qui n’est pas défendu. 兵之情主速,乘人之不及,由不虞之道,攻其所不戒也 (Art de la guerre de Sunzi, chap. XI, traduction Jean Levi)

Catégories
Uncategorized

03 Ponctuer et interpréter

En traduisant une anecdote située dans le Zuozhuan en l’an 22 du Seigneur Xi (僖公), je trouve ce passage, une réprimande faite au seigneur de Song : 天之棄商久矣,君將興之,弗可赦也已。 Un peu dérouté par l’enchaînement logique (qui est le sujet de 赦, pardonner ?), je vérifie chez Couvreur qui traduit : « Depuis longtemps déjà le ciel a rejeté la famille des Shang. Prince, vous voulez la relever (en élevant la famille princière de Song qui en est issue). Vous n’y parviendrez pas. Pardonnez (faites la paix avec le prince de Chu), et que ce soit fini. » Cela me paraît un peu compliqué.

Je vérifie chez Durrant et al., qui traduisent les 2e et 3e phrases  par : “If you, my Lord, try to revive it, Heaven simply will not be able to forgive it. », les versions en chinois moderne disent en général la même chose. Cela résout mon problème : entre la 2e et 3e phrase, il y a un changement de sujet : 君 (vous seigneur) est le sujet de 將興之, mais pas de弗可赦也已. C’est le ciel qui est le sujet de cette dernière proposition….

Tout s’éclaire en vérifiant le texte chinois de Couvreur (ce que je ne fais quasiment jamais, honte à moi…), qui avait ponctué le passage différemment, d’où son interprétation : 君將興之,弗可。赦也已。

En allant chercher plus loin, dans le commentaire de Du Yu 杜預 (qu’on retrouve dans le Shisanjing zhushu 十三經註疏, mais aussi dans l’édition du Zuozhuan par Yang Bojun), on peut lire ceci : 言君興天所棄, 必不可, 不如赦楚, 勿與戰, soit littéralement « Il dit par là : que le seigneur relève ce que le Ciel a abandonné, cela n’est assurément pas permis, cela ne vaut pas pardonner à Chu et ne pas lui faire la guerre. » Ainsi, Couvreur a repris en partie l’interprétation de Du Yu. Cela dit, la version moderne du Zuozhuan commenté par Du Yu que j’utilise (publiée en 2016 à la Shanghai guji) ponctue comme je l’ai fait, et pas comme Couvreur. Je vérifie également dans une version plus ancienne du Shisanjing zhushu, celle qui reproduit un texte imprimé du XIXe siècle (Zhonghua shuju, 2003, 1ère éd. 1980). Il n’y a qu’un signe de ponctuation dans cette édition (le point), et le bloc 弗可赦也已 n’est pas coupé comme chez Couvreur. Finalement, si l’on souhaite suivre l’interprétation traditionnelle de Du Yu, la ponctuation de Couvreur semble la plus précise.

Une version en chinois moderne (celle de Guizhou renmin chubanshe) résout le problème à bras le corps, de cette façon : 你打算振興它, 是不可能的, 還是不和楚國作戰為好, soit « Vous souhaitez les faire prospérer, ce n’est pas possible, ce serait mieux de ne pas faire la guerre avec le pays de Chu »… L’idée de pardon a été totalement remplacée par celle de ne pas faire la guerre (qui est une conséquence, non ce que le texte dit). Mais le texte en chinois classique est ponctué comme Couvreur, en séparant 弗可 et 赦也已

Mais au fait, quelle interprétation je vais reprendre moi, dans ma traduction ?… Est-ce le Ciel qui ne pardonne pas ou le seigneur qui est invité à pardonner pour éviter la guerre… Réponse dans un prochain billet.