Catégories
Uncategorized

L’empereur Taizong et ses annalistes

J’ai passé mon habilitation récemment, et l’un des membres du jury m’a interrogé à propos d’une entrée de L’Essentiel de la politique de l’ère Zhenguan (Zhenguan zhengyao 貞觀政要) que je cite dans deux de mes articles[1].

Voici l’entrée en question :

« La quatorzième année de l’ère Zhenguan [soit l’an 640], l’empereur Taizong dit à Fang Xuanling [l’un de ses ministres] :

– Souvent, je lis les histoires des dynasties passées. Dans ces ouvrages, on manifeste la vertu et on abaisse les vices ; cela suffit à donner des règles et des interdictions aux générations futures. Mais je ne comprends pas pourquoi, depuis l’Antiquité, on ne laisse pas les souverains en titre lire les histoires de leur propre dynastie.

– Dans l’histoire de la dynastie en cours, répondit Fang Xuanling, tant le bien que le mal [commis par le souverain] sont notés, dans l’espoir que le souverain ne commette pas d’actes contraires à la loi. C’est par crainte que [certaines notations] entrent en conflit avec les intentions du souverain qu’il est interdit à celui-ci d’accéder à l’histoire de la dynastie en cours.

– Mon intention est vraiment différente de celles des Anciens. Voici pourquoi je souhaite lire les annales : si j’y trouve des choses positives [me concernant], je n’aurai rien à dire ; si j’y lis des actes répréhensibles, ils me serviront de leçon et je pourrai ainsi me corriger. Mettez donc en forme ce dont vous disposez et faites-le moi apporter.

Xuanling et son équipe abrégèrent alors l’Histoire de la dynastie en cours et en tirèrent des annales. Ils compilèrent ainsi les Chroniques véridiques des empereurs Gaozu [r. 618- 626] et Taizong – chacune comportant vingt chapitres – et les présentèrent au trône. Lorsqu’il en vint à lire les événements du 4e jour du 6e mois [date d’un coup d’État lors duquel Taizong prit le pouvoir], Taizong [constata] que les choses étaient relatées à mots couverts. Il dit alors à Xuanling :

– Jadis, le duc de Zhou châtia Guanshu et Caishu, si bien que la maison des Zhou restaura sa stabilité. Jiyou fit empoisonner Shuya, et la principauté de Lu retrouva la paix. Ce que j’ai fait est du même ordre : il s’agissait simplement d’apporter la stabilité à l’État, et cela dans l’intérêt du peuple. Pourquoi les historiographes devraient-ils prendre la peine de dissimuler des faits dans leurs notations ? Il convient donc de supprimer les passages enjolivés et d’écrire les choses sans détour.

Le membre du jury me demanda si je pensais que cette histoire était authentique et si vraiment il était interdit aux souverains de lire l’histoire de la dynastie en cours.

Dans les deux articles où je cite ce passage, je ne prends aucun parti, ce n’était pas mon propos. Ce que je peux dire sur cette histoire est qu’elle a pour moi une fonction double. Pour l’auteur, Wu Jing, il s’agit dans un premier temps de mettre en valeur l’empereur Taizong, qu’il présente comme un modèle de vertu et d’honnêteté. Rappelons que l’ouvrage en question est un « miroir pour le prince » et Taizong, personnage central de la presque totalité des entrées, y apparaît comme un idéal à atteindre.

L’autre fonction de l’anecdote est de valoriser le travail des annalistes et des historiens de la cour. Wu Jing parle en quelque sorte pour lui-même et défend sa mission, qui est de fournir à la postérité un récit historique digne de foi et édifiant. En montrant un empereur soucieux de l’image qu’il va transmettre aux générations futures et respectant le travail des annalistes, au point de leur demander d’aller jusqu’au bout de leur mission, quitte à écrire quelque chose de négatif sur sa propre personne, Wu Jing fait d’une pierre deux coup, si l’on peut dire.

Quant à savoir si les faits décrits se sont réellement déroulés, j’aurais tendance à penser que l’histoire est trop belle pour être vraie. La figure de Taizong a été tellement magnifiée au cours des siècles qu’il est difficile de trancher sur ce genre d’anecdote, de même pour celles concernant Wu Zetian, tellement noircie après son abdication et sa mort parce que totalement délégitimée par les générations suivantes.

Était-il interdit aux souverains de lire l’histoire de la dynastie en cours ? Cette anecdote laisse entendre que l’interdiction existait bel et bien (l’information étant donnée en passant, sans qu’elle soit le centre de l’histoire, me paraît la crédibiliser). Je n’ai pas cherché si d’autres sources corroborent cela (je le ferais pour un prochain billet), mais je doute qu’une telle interdiction ait été vraiment appliquée, tant les activités des annalistes, des historiens et du Bureau de l’histoire étaient sous surveillance impériale. Les personnels qui y œuvraient auraient sans doute voulu jouir d’une indépendance totale ­- désir que met en lumière l’anecdote citée -­, mais les écrits de Liu Zhiji, et notamment la lettre de démission qu’il envoya à ses supérieurs[2], montrent que ce n’était pas le cas.


[1] Que l’on peut trouver ici : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01649333 et https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00907429.

[2] Traduite et annotée dans le volume Traité de l’historien parfait. Chapitres intérieurs, Paris, Les Belles Lettres, 2014, p. 279-288.