Catégories
Uncategorized

Histoire de la poésie chinoise, par Florence Hu-Sterk

J’aimerais dans ce billet mettre en lumière un ouvrage passionnant et dont j’attendais depuis longtemps la parution.

Il s’agit d’une importante Histoire de la poésie chinoise (des origines au XIIIe siècle) par Florence Hu-Sterk parue fin 2021 chez You Feng.

Je dis que j’attendais ce livre depuis longtemps : effectivement, nous ne disposions pas, en français, d’un livre substantiel qui retraçât l’histoire de la poésie classique. Il y avait bien les livres de Jacques Pimpaneau et de François Cheng, ou l’apparat critique de l’Anthologie de la poésie chinoise en Pléiade (dirigée par Rémi Mathieu), mais ils sont, par leur brièveté, sans commune mesure avec l’ouvrage ici recensé.

Tout d’abord, sur le plan matériel, l’ouvrage est une réussite : la mise en page est très belle, la reliure bien solide, et le papier tout à fait correct. Quel chemin parcouru par You Feng depuis les années 90 sur ce point ! On trouve malgré tout des coquilles et des problèmes de typographie ou de mise en page, mais cela n’enlève rien à la qualité du livre.

L’autrice, que l’on connaît déjà pour quelques autres livres sur la poésie chinoise chez You Feng, et qui s’est chargé de la dynastie Tang dans l’Anthologie de la Pléiade, livre ici une somme de près de 800 pages qui présente les grands recueils, auteurs, courants, thèmes et genres de la poésie classique. L’approche est chronologique. De très nombreux poèmes sont cités et traduits. Le chinois est systématiquement donné en vis-à-vis de la traduction, ce qui est très commode. La transcription pinyin des poèmes est elle aussi systématiquement indiquée en note.

Je n’ai pas lu in extenso tout l’ouvrage, mais d’après les parties que l’ai lues, les traductions, en prose simple et précise, sont fiables et proches du texte de départ. Ce que l’on perd en français sur le plan poétique, on le gagne finalement en clarté.

Les analyses des poèmes cités, bien que brèves, sont toujours judicieuses et aident le lecteur à entrer de plain pied dans le monde poétique chinois, ce qui témoigne chez l’autrice d’une grande qualité pédagogique. Les grands travaux sinologiques sont indiqués en note et l’ouvrage se termine par de copieux index (hélas, l’index des poèmes ne mentionne pas les pages….). Il est en outre agrémenté de nombreuses illustrations en couleur choisies avec grand soin.

En un mot, je suis très enthousiasmé par ce volume, qui, je pense, n’a pas eu la publicité qu’il mérite.  Je mets quelques photos ainsi que la table des matières.