Catégories
Uncategorized

Poésie – Li Yu 1

Il y a quelques années, je me suis amusé à traduire, sans prétention aucune, un peu de poésie chinoise. Je ne suis pas l’élève du regretté François Martin pour rien… Malheureusement, je n’ai pas son talent, et mes textes sont de banales traductions en prose. Mais on ne sait jamais, elles pourront peut-être intéresser certains.

Je me suis intéressé à un souverain et poète célèbre, Li Yu 李煜 (937-978), qui s’est illustré pour ses poèmes lyriques (ci 詞). On distingue nettement deux périodes dans ses œuvres : une première heureuse, marquée par des pièces du genre galant, qu’il composa alors qu’il était au pouvoir ; et une seconde période tragique, après son détrônement. Pour montrer le contraste, je donnerai dans ce billet un poème de chaque période. C’est encore un work in progress.

Le premier poème est sur l’air “La lessive de la soie au torrent” 浣溪沙 . Au matin, une fête commencée la veille n’est pas encore terminée.

Le soleil est rouge, déjà haut dans le ciel.

Les brûloirs dorés sont tour à tour nourris de pièces de charbon aux formes animales,

Tandis que les tapis de brocard grenat se plissent au fil de ses pas.

La belle danse au rythme des tambours et ses épingles tombent.

Ivre, je saisis une fleur que je porte à mon nez.

Dans d’autres salles du palais, résonne le chant des flûtes et des tambours.

紅日已高三丈透, 金爐次第添香獸。

紅錦地衣隨步皺。佳人舞點金釵溜。

酒惡時拈花蕊嗅。別殿遙聞簫鼓奏。

Dans le second poème, sur l’air “Les vagues baignent le sable” 浪淘沙, Li Yu, destitué et en exil, repense à sa grandeur passée.

Je ne peux que pleurer les temps passés,
D’autant que le présent ne me console guère.
La brise automnale souffle dans la cour, les mousses envahissent les marches du perron.
Les stores de perles ne sont même plus enroulés.
Qui viendrait me rendre visite dans cette longue journée ?

Les chaînes de métal sont noyées dans les abysses 1,
Et ma grâce impériale n’est qu’une vieille friche.
Là-bas, l’air est frais, le ciel clair et la lune brillante,
Je me souviens de mes tours de jade et de mes palais fastueux ;
Ils projettent en vain leur ombre sur la rivière Qinhuai 2.

浪淘沙
往事只堪哀,
對景難排。
秋風庭院蘚侵階。
一桁珠簾閒不卷,
終日誰來。

金鎖已沉埋,
壯氣蒿萊,
晚涼天淨月華開。
想得玉樓瑤殿影,
空照秦淮。

1 En l’an 280, les généraux du royaume de Wu mirent en place des chaînes en travers du fleuve Bleu afin d’éviter que l’armée des Jin puisse descendre le fleuve. La tactique échoua. Li Yu évoque par cette allusion les efforts inutiles faits lors des guerres contre les Song. 2 La rivière Qinhuai passe à Nankin, ancienne capitale du royaume de Li Yu